Les îles anglo-normandes : un frein à la houle, mais pas toujours


Dans cette optique, les profils bathymétriques sont un élément fondamental à prendre en compte. Les îles anglo-normandes que sont Aurigny, Jersey, Guernesey et Serk jouent en effet un rôle d’écran non négligeable. Ces îles ne présentent pourtant pas une très grande étendue en surface, cependant elles ont en commun d’être composées de nombreux îlots et de fonds peu profonds. Cette configuration a une forte incidence sur les houles océaniques qui sont parfois stoppées net. Ces obstacles laissent cependant (et heureusement) passer une grande partie des houles, mais celles-ci sont souvent affaiblies ou déviées. La connaissance de la bathymétrie et les phénomènes en résultant sont donc capitaux pour choisir le bon spot, selon l’orientation de la houle et du vent.

 b3s-cotentin-surf-environnement (11)

Situées perpendiculairement aux lignes de crêtes des vagues représentées sur le plan de houle ci-contre, les orthogonales de houle indiquent le sens de propagation des vagues, selon la réfraction, convergente – l’énergie se concentre – ou divergente – perte d’énergie – induite (voir paragraphe suivant). Sachez seulement que cette méthode permet de trouver grossièrement les bons breaks selon l’orientation de la houle. Cela étant, il est intéressant d’affiner sa recherche : les photos aériennes (mais pas les images satellites) permettent ainsi de repérer les bancs sableux à marée basse et voir où l’énergie se concentre. Seul problème : ces bancs se déplacent d’une année sur l’autre et une photo aérienne devient très vite obsolète, le littoral n’étant pas figé. Reste donc l’observation de terrain, réactualisée au fil des tempêtes et coups de vents.

b3s-cotentin-surf-environnement (12)

Plan de houle de NW sur la côte ouest du Cotentin. Période: 6 s. Niveau: BM de VE. Sources: LCHF, d’après SOGREAH)

 

b3s-cotentin-surf-environnement (13)